Retour

Les trois petits cochons ou les trois petits microcochons?

Flair animal / Famille / Tranches de vie / Les trois petits cochons ou les trois petits microcochons?
Cochon en chaise roulante

La popularité du conte pour enfants les trois petits cochons est indéniable… Ça m’a donné envie de vous parler des cochons de compagnie : les microcochons… En clinique, nous en recevons assez régulièrement depuis plusieurs années.

Bella, le cochon, avec une couronne

Petit cochon 1: animal pas banal!

Les microcochons sont de plus en plus présents dans nos salons. Cet animal a gagné le cœur de bien des Québécois dans les dernières années et plusieurs élevages ont vu le jour. Je rencontre fréquemment des petits cochonnets dans le cadre de ma pratique, mais aussi parfois des gros… certains restent de gabarit moyen (environ 40 lb) mais d’autres font osciller la balance jusqu’à un imposant 100 lb. Vaut mieux en être averti!

Certains vont vivre dans des mini fermettes et avoir accès à un grand terrain ou à un vaste enclos alors que d’autres vivent en ville ou en banlieue, dans la maison, et sortent se promener en laisse comme les chiens.

Les cochons sont très intelligents, ce qui peut être une qualité à double tranchant. Ils ont un énorme besoin de stimulation, encore plus que les chiens et les gros oiseaux, et peuvent développer des troubles de comportement s’ils manquent de jouets, d’interactions, d’exercice, etc.

Ils sont gloutons pour vrai ! Ils ne sont pas du genre à faire la fine gueule et apprécient presque tout ce qui est comestible ! Du coup, ils sont prédisposés à présenter de l’embonpoint. Ils tenteront par les astuces les plus ingénieuses de vous arracher une autre bouchée ou une autre gâterie… Il est très difficile de résister à un si mignon petit groin (c’est le vrai nom du museau porcin)!

Petit cochon 2: Grognon le cochon?

Oui, les cochons sont grognons. En fait, ils sont amusants et assez sympathiques, tant que vous n’essayez pas de les forcer à faire des trucs qui les embêtent ! Par exemple, ils détestent être soulevés du sol, la preuve, le nombre de décibels émis par ces derniers si vous essayez de les astreindre à cet exercice.

J’ai aussi été témoin de plusieurs visages de clients, dans la salle d’attente ou à la réception de l’hôpital, très perplexes après avoir entendu un cochon crier dans une salle d’examen ! Pas de blague, et c’était juste pour un p’tit vaccin !  Malgré les techniques « low stress » et « Fear free » que nous employons – entre autres l’usage du beurre d’arachide dont ils raffolent – il arrive que nos petits patients manifestent quand même bruyamment leur mécontentement envers nos soins médicaux.

Parlant de vaccins, ces charmantes petites bêtes doivent être vaccinées afin d’être protégées contre certains virus et bactéries et éviter de rendre malades leurs propriétaires. En effet, à l’instar de plusieurs autres animaux, les cochons peuvent transmettre des maladies aux humains, on appelle ça des zoonoses. Il est recommandé de vacciner contre le rouget (une maladie bactérienne où les porcs deviennent la peau bariolée de taches rouges et qui est une zoonose), la leptospirose (une maladie causée par une bactérie qui peut attaquer les reins et le foie et qui est aussi une zoonose) et le parvovirus (un virus gastro-intestinal). Un vaccin triple existe et ainsi ces trois microbes peuvent être combattus en une seule injection. Enfin, il est aussi conseillé de les vacciner contre la rage et contre le tétanos, de les vermifuger aux six mois, et de les stériliser en bas âge.

Petit (pas si petit) cochon 3: L’histoire de Bella…

Bella est un cochon de 90 livres, fière représentante de son espèce : adorable, gloutonne, grognonne aussi ! Je l’ai reçue en urgence il y a un peu plus d’un an alors qu’elle avait fait une mauvaise chute du divan. Elle avait tellement mal qu’elle ne pouvait pas se déplacer par elle-même. Vu l’impossibilité de la soulever facilement, elle a été mise sur une civière et a été amenée dans une salle d’examen.  Il a été assez ardu de faire son examen physique tellement sa douleur était vive. De plus, les manipulations étaient difficiles à réaliser vu son gabarit. Par contre, l’examen neurologique était formel : Bella était paralysée des pattes arrière suite à une hernie discale causée par la chute. Un tel diagnostic, la paralysie des pattes arrière, est une catastrophe médicale qui amène bien des propriétaires d’animaux à recourir à l’euthanasie lorsque cette situation survient.

Heureusement pour Bella, sa famille en or a choisi de l’accompagner dansson processus de guérison : investigation médicale plus poussée, administration de plusieurs médicaments pour soulager sa douleur, médecines douces, massages pour détendre ses muscles et finalement, l’achat d’un chariot pour lui permettre de se déplacer dans la maison.

J’ai justement revu Bella dernièrement pour ses vaccins ! Un an après son accident, elle va beaucoup mieux et a fière allure dans son petit chariot ! Fidèle à son espèce, elle s’est appliquée à démontrer son indignation lors de son examen de santé – je pense qu’elle s’est sentie insultée lorsque j’ai mentionné qu’elle avait pris du poids – et lors de l’injection des vaccins !  N’empêche, malgré sa mauvaise humeur ce matin-là, mon cœur de vétérinaire a été heureux de revoir Bella et ses gentils humains qui en prennent grand soin.

Elle signe ce texte :

Dre Evelyne Joubert est médecin vétérinaire et exerce à l’Hôpital vétérinaire Le Gardeur dont elle est propriétaire-gestionnaire. Dre Joubert est aussi propriétaire avec 5 associées, de 5 autres établissements vétérinaires dans la grande région de Montréal.