Retour

Prévention de l’obésité, évitez les gros problèmes

Flair animal / Santé / Saine Alimentation / Prévention de l’obésité, évitez les gros problèmes

Un sondage réalisé cette année auprès de vétérinaires du Québec montre que plus de 90% d’entre eux estiment que la majorité des clients propriétaires de chiens et chats reconnaissent difficilement les problèmes de poids de leur animal.

Quelques statistiques :

  • En 2018, une étude américaine démontrait que 60% des chats et 56% des chiens dépassaient leur poids santé. Similaires aux observations ici au Canada.
  • Au Québec, 700 000 chiens et 1,2 million de chats souffriraient d’embonpoint.

Comme pour l’humain, le surplus de poids est associé à plusieurs maladies, lesquels?

L’obésité chez les animaux contribue aux problèmes d’arthrose, de diabète, aux problèmes cardiaques et cutanés…

Notre oeil s’est habitué à voir nos animaux en surpoids. Ça devient plus difficile de faire la part des choses.

Comment je fais pour savoir si on animal est trop gros ?

Il faut le regarder de haut (placez-le entre vos jambes) et palpez ses côtes. Comparez la sensation avec votre poing fermé. Si la palpation vous donne la sensation de vos jointures, il est trop maigre.

Si la sensation est la même que quand vous palpez vos métacarpes (les os longs sur le dessus de votre main), votre animal présente un poids santé.

Si, en palpant ses côtes, vous ressentez la même chose qu’en touchant votre paume à la base des doigts (main ouverte face vers le haut), c’est que votre animal est en surplus de poids.

Aider votre animal à perdre du poids, comment faire ?

  • D’abord, parlez-en à votre médecin vétérinaire. Avec son équipe, c’est la meilleure personne pour vous aider avec un plan de traitement et un suivi des résultats.
  • Toujours se rappeler que les gâteries ne devraient pas représenter plus de 10% de l’apport calorique quotidien. C’est peu et les calories s’accumulent vite. Voyez vigilants.
  • Couper les gâteries en petits morceaux. Votre animal ne sera pas moins content qu’on lui offre une moitié gâterie.
  • Si vous êtes incapable de ne pas partager votre collation avec notre animal, coupez la bouchée en 2, en 3, en 6…
  • Utiliser un distributeur de nourriture interactif pour nourrir votre chat. Faites-le ainsi « travailler », et bouger pour sa ration quotidienne.
  • Pour votre chien, utilisez des bols conçus pour ralentir l’ingestion de son repas et ainsi étirer la période consacrée à s’alimenter.
  • Allonger vos promenades avec Poilu. Échangez les marches avec un voisin ou une amie pour doubler son temps d’exercice.
  • Varier les jouets de votre chat pour le stimuler à bouger.
  • Faites jouer votre chien avec un ami-chien.
  • Fixez-vous des objectifs réalistes. Faites-le pour la santé de votre animal chéri.

Pour (ré)écouter ma chronique sur le sujet, au micro de Geneviève Pettersen, c’est ici :

Elle signe ce texte

Fondatrice du magazine web Flair & Cie, Dre Lucie Hénault est médecin vétérinaire et propriétaire avec 5 associées, de 6 établissements vétérinaires dans la grande région de Montréal. Dre Hénault est gestionnaire de l’Hôpital vétérinaire de Montréal, à Westmount.