Retour

Vétérinaire propriétaire associée. J’ai dit oui !

Flair en affaires / L’Entrepreneure / Vétérinaire propriétaire associée. J’ai dit oui !
Femme faisant le saut entreprenarial

Devenir vétérinaire propriétaire associée, il faut reconnaître que c’est une ambition professionnelle invitante. C’est valorisant, gratifiant. Une pratique entourée de gens partageant nos valeurs, qui n’en voudrait pas ? Mais concrètement, qu’est-ce que cela implique réellement ?

Saisir l’occasion

Lorsqu’une opportunité se présente, il faut choisir entre la saisir ou la laisser filer. Si tu manques ta chance, il n’est pas dit qu’elle se représentera. Et surtout, il faut savoir que les opportunités n’arrivent pas toujours en temps voulu.

Dans mon cas, j’avais très peu d’expérience à mon actif quand une belle opportunité de devenir gestionnaire s’est présentée, ce qui représentait un défi de taille. Heureusement, j’avais le grand privilège d’être bien entourée. À mes yeux, c’est d’ailleurs une des clés du succès en gestion, bien s’entourer. Que ce soit à la maison ou au travail, la gestion du quotidien s’avère beaucoup plus exigeante qu’on peut le penser. En effet, chaque nouvelle situation est un défi en soi. Il faut avoir les ressources afin d’opter pour la meilleure approche. Bien que les formations offertes en gestion soient utiles, elles restent bien théoriques. Rien ne vaut une épaule solide sur laquelle poser sa tête et des gens bienveillants qui ont de l’écoute et qui sont de bon conseil, dans les moments plus difficiles.  Eh oui, des moments difficiles vous en aurez. Heureusement, vous cumulerez aussi les belles réussites !

Se donner le temps !

Du temps, il vous en faudra, c’est essentiel. Lors de vos débuts, il faudra trouver vos repères et surtout bien comprendre votre équipe, ses besoins.  Rien ne vaut une bonne communication. Sachez que malgré tout le temps que vous pouvez passer à préparer vos réunions, améliorer vos protocoles, introduire de nouvelles pratiques ; si vous ne prenez pas le temps d’écouter votre équipe et de comprendre ses besoins, vous avancerez bien lentement. Comme on dit : ‘’seul on avance plus vite, ensemble on va plus loin.’’ Cette expression n’aura jamais pris autant de sens que depuis que je suis gestionnaire. Sachez que c’est correct aussi de demander de l’aide, de montrer sa vulnérabilité. C’est ce qui nous rend humains, et attachants.

Mieux se connaître

Au final, se lancer en gestion, c’est beaucoup apprendre à se connaître. Apprendre à connaître ses forces, ses faiblesses. C’est travailler en équipe aussi et bâtir une équipe solide et soudée. Une vraie équipe, c’est une équipe qui se parle, qui communique dans les bons et les moins bons moments.

Comme gestionnaire, c’est très important de travailler sur la communication dans notre équipe.  Si la communication n’est pas bonne, c’est toute l’équipe qui écope. Il faut être disposée à recevoir du feedback de son équipe aussi, du bon et du moins bon feedback. Et parfois, c’est plus difficile que ça peut le sembler.

La gestion, c’est savoir devenir meilleur pour mener une équipe vers le haut et ainsi permettre à tous de se montrer sous leur meilleur jour. La gestion, c’est mettre son orgueil de côté pour le bien commun. C’est écouter son cœur. Et en récompense, vous aurez une équipe solide sur qui reposer en qui vous aurez entièrement confiance, une équipe investie et impliquée. Et quand cela arrive, c’est vraiment la plus belle des récompenses.

Elle signe ce texte

Dre Stéphanie Nadeau est médecin vétérinaire et propriétaire avec 6 associées, de 7 établissements vétérinaires dans la grande région de Montréal. Dre Nadeau est gestionnaire de la Clinique vétérinaire 440 à Laval.